PoesieRacconti utilizza cookie, anche di terze parti, per personalizzare gli annunci. Per informazioni o negare il consenso clicca qui.     Chiudi

la guerre

Un jour inattendu
La guerre avait décidé de passer dans un village où le calme absolu régnait
Elle se présenta avec des militaires, qui ayant des armes de tous les genres
Empruntaient toutes les directions possibles, en semant la panique dans tout le village
A la tête de ces militaires il n’y avait qu’un seul mot
Feu à volonté
Plus le temps passait, plus les victimes étaient nombreuses
Les bombes lancées se succédaient, comme l’eau de la pluie, en faisant exploser des maisons
Qui à leur tour laissaient échapper vers le ciel des lambeaux de chair et d’os
En menant le village à retentir
De hurlement de douleur et de gémissements d’agonie qui se mêlaient
Aux crépitements terrifiants des fusils d’assaut 
Les chars de combat qui, en avançant dévastaient tout sur leur passage
Les mines qui explosaient de part et d’autre en projetant les hommes qui y marchaient dessus
A plusieurs mètres, en une sorte de feu d’artifice humain insensé
Inutile de vous dire la fin des gens qui se trouvaient dans les hôpitaux,
Les femmes enceintes, les enfants qui pleuraient ne voyant plus leurs mères,
Qui à leur tour quelques instants avant les cherchaient désespérément,
Les anciens qui dormaient divinement, les aveugles et les hommes qui se retrouvaient
Avec d’horribles blessures qui étaient des plaies répugnantes, atrocement dentelées,
Savamment sculptées à la pointe d’un couteau
Il n’est pas facile de regarder sans ciller la chair humaine découpée, arrachée, mutilée, brûlée ;
Ou d’entendre les hurlements de souffrance des victimes, les voir lentement devenir folles de douleur;
Car c’est un spectacle que peut d’êtres humains sont capables de supporter
Sans concevoir un intense sentiment de révolte
Au nom de toute l’humanité
" Non à la guerre "            

tarduzione:
la guerra aveva deciso di passare in un villaggio nel quale regnava la calma assoluta.

12

2
1 commenti     0 recensioni    

un altro testo di questo autore   un'altro testo casuale

0 recensioni:

  • Per poter lasciare un commento devi essere un utente registrato.
    Effettua il login o registrati

1 commenti:

  • Vincenzo Capitanucci il 22/09/2008 07:39
    No a la guerra... assolutamente... per i nostri occhi è impossibile guardare.. restando uomini... la carne umana tagliata.. strappata... mutilata.. bruciata... di donne uomini e bambini...
    si un immenso movimento di rivolta.. pacifico...
    Ho l'impressione che hai vissuto tutto questo... mi auguro di noi... anche se in fondo alle nostre anime l'abbiamo vissuto... Tutti...

Licenza Creative Commons
Opera pubblicata sotto una licenza Creative Commons 3.0